Appartement 16
  • 19:25
  • 5 novembre 2012
  • par Mathieu Martiniere

Convention des Identitaires : "Lyon pourrait être une base en France"

1375 visites | 14 commentaires

Réunis à Orange, les identitaires ont voulu célébrer ce week-end leur dixième année d’existence. Deux semaines après l’assaut de la mosquée de Poitiers, les très jeunes identitaires lyonnais de Rebeyne passent pour les premiers de la classe dans ce groupuscule d’extrême droite. Reportage.

Pour se rendre à Orange, les identitaires du groupe Rebeyne (« révolte » en parler lyonnais) a affrété un car depuis Lyon, avec une trentaine de membres. Dans la salle de conférences, aux côtés des drapeaux flamands, catalans ou niçois, les étendards lyonnais ont été déployés. Les cris « Traboule, Traboule ! », du nom de leur local à Lyon, ont résonné au balcon.

Et les intervenants se sont succédé. Mario Borghezio, eurodéputé anti-euro de la Ligue du Nord italienne, ouvertement raciste. Renaud Camus, écrivain très présent à l’extrême droite. Christian Vanneste, l’ancien député du Nord, exclu de l’UMP pour ses propos sur la déportation des homosexuels.

Damien Rieu, un lyonnais estampillé porte-parole du mouvement Génération identitaire, est resté très présent dans les débats : rencontre avec des jeunes identitaires autrichiens ou italiens, conférence de presse, table ronde sur l’islamisme…

Il est le visage que veut avoir devant les caméras ce groupuscule d’extrême droite : dynamique et présentable dans la forme. Il est aussi l’auteur d’une vidéo qui tourne sur Internet depuis un mois, « Déclaration de guerre ». « On l’a fait avec les moyens du bord. Une caméra HD et un voile noir. Et elle a été reprise dans plusieurs langues », se félicite-t-il.

Sollicité par tous les journalistes pendant cette convention à Orange, Damien Rieu est Lyonnais. À 23 ans, cet étudiant en master de communication est un membre actif de Rebeyne. Depuis deux mois, il est aussi l’un des porte-parole de Génération identitaire, le nouveau mouvement jeunesse du Bloc identitaire, lancé en fanfare il y a deux semaines à Poitiers.

« On ne s’attendait pas à un tel buzz. On l’espérait, mais depuis Poitiers, c’est l’hystérie totale. La secrétaire est submergée de demandes d’adhésions », raconte-t-il.

Petit rappel des faits : le 20 octobre, 73 personnes envahissent le toit du chantier de la mosquée de Poitiers « pour rendre hommage à Charles Martel ». Manuel Valls, Jean-Marc Ayrault et les associations antiracistes condamnent aussitôt l’acte, certains appelant même à la dissolution des jeunes identitaires. Un coup de pub pour un mouvement composé de seulement 300 membres. L’action était dans les tuyaux depuis l’été.

« On a préparé le coup à Lyon », confie Damien Rieu non sans fierté.

« On est les dynamiteurs »

Philippe Vardon, responsable de Nissa Rebela (le groupe niçois, donc), décrit une stratégie géographique :

« Les identitaires reposent sur trois places fortes : Nice, Lyon et Paris. Nous avons également des implantations à Lille, Bordeaux et Cannes. Notons qu’à Nice, nous avons un ancrage électoral et nous représentons un quart des militants du Bloc identitaire. »

Arnaud Delrieux, 22 ans, président de Génération identitaire et cadre dans une entreprise de logistique lyonnaise décrit Lyon comme une place forte, une sorte de bombe à retardement :

« Si les Niçois sont plus nombreux et que nous respectons cette base historique, la jeunesse à Lyon est importante. On est les dynamiteurs. »

Sur les 2 000 adhérents du Bloc identitaire en France, près de la moitié ont moins de 30 ans. Une nouvelle génération de militants d’extrême droite, rompus à l’exercice de la communication et aux réseaux sociaux. Sur les huit membres dirigeants du mouvement national Génération identitaire, trois sont Lyonnais. Et l’un des quatre interpellés de Poitiers, membre de Rebeyne, a interdiction de quitter le département du Rhône. Le journal Libération a d’ailleurs révélé que certains de ces militants étaient surveillés pour activisme d’extrême droite : ils sont même dotés d’une fiche «S» pour Sûreté de l’Etat, à la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI).

Membre fondateur de 28 ans et chargé du développement des « Maisons de l’identité en France », Pierre Robesson verse dans l’analyse  :

« A Lyon, on a une génération de quatre-cinq potes de 22 ans qui portent Génération identitaire. C’est une histoire de cycles. Il y a eu les Niçois en 2002, les Parisiens en 2009, aujourd’hui, c’est Rebeyne qui est mis en avant. »

Damien Rieu tire aussi la couverture à Lyon :

« Lyon pourrait être une base pour les jeunes identitaires en France. Géographiquement, c’est stratégique : pile au milieu entre Nice et Paris… »

« C’est à Lyon que nous sommes devenus ce que nous sommes »

Dix ans après la création du Bloc identitaire à Nice, mouvement régionaliste, européen et islamophobe d’extrême droite, Lyon tend à jouer un rôle de plus en plus important. Dès 2002, les jeunes identitaires organisent leur premier meeting à Lyon, à l’Hôtel Charlemagne. Les « historiques » des identitaires se souviennent même de Lyon comme « le point de départ d’une grande aventure ». A la tribune du Palais des Princes d’Orange, devant plusieurs centaines de personnes, un cadre des identitaires s’est lancé dans un discours nostalgique :

« Je veux revenir sur les faits de la place des Jacobins (dans le 2è arrondissement de Lyon, ndlr) en 2004, pour la manifestation contre l’entrée de la Turquie dans l’Union européenne. C’est à Lyon que nous sommes devenus ce que nous sommes. Nous sommes dans un bar en train de boire quelques mousses. 200 mecs d’extrême gauche arrivent masqués. Nous sommes une quarantaine. On gagne et nous allons même soigner les blessés du camp d’en face. Il se trouvait qu’on avait dans l’équipe un infirmier et un psychologue… »

En 2009, les jeunes identitaires créent Rebeyne (« révolte » en parler lyonnais) à Lyon. Ils seront à l’origine du plus gros coup des identitaires sur la toile, quand ils envahissent le Quick halal de Villeurbanne en 2010. La vidéo sera visionnée plus de 500 000 fois sur Dailymotion. En 2011, ils récidivent avec un « rassemblement pour la liberté » en lieu et place de « la marche des cochons » interdite. A la suite de ce rassemblement dans le Vieux Lyon, des slogans islamophobes, des saluts nazis et le saccage de deux restaurants kebabs sont perpétrés précédant des actes de délinquance sur les pentes de la Croix-Rousse dans la soirée.

Non à Gabriac mais oui au FN

Composé d’une cinquantaine de membres actifs, Rebeyne est très présent sur les réseaux sociaux. Comme Nice (Nissa Rebela), Paris (Projet Apache) et Bordeaux (l’Echoppe), les Lyonnais disposent de leur local, La Traboule. « On a 80m² dans le Vieux Lyon. Nous sommes un bar associatif, mais aussi une association culturelle et sportive », explique Pierre Robesson.

« Nous avons 200 adhérents et nous faisons le tri. Il y a un entretien qualitatif pour rentrer à la Traboule », précise Damien Rieu, qui nie toutes violences dans le Vieux-Lyon. Pourtant, plusieurs plaintes ont été déposées au parquet de Lyon.

Il nie également tout contact avec Alexandre Gabriac, élu à la région Rhône-Alpes exclu du FN pour avoir fait un salut nazi, et aujourd’hui leader des Jeunesses nationalistes, spécialiste des coups de force. Pour Damien Rieu :

« Ce sont des gens avec 50 ans de retard. Je veux dire, ils ont un aigle comme symbole ! Oui, Gabriac est déjà venu à la Traboule pour la marche du 8 Décembre. Mais je peux vous assurez qu’il ne viendra plus. »

Les liens avec le Front national, eux, existeraient. Fabrice Robert, président du Bloc identitaire a appelé ce week-end à rejoindre des listes d’union pour les municipales, en particulier le rassemblement bleu marine. Si Marine Le Pen a juré repousser tout rapprochement, un militant de Rebeyne nous certifiait ce week-end que le FN du Rhône avait essayé de contacter le mouvement, en vue des élections municipales de 2014, car le parti peinerait à trouver des candidats, notamment pour composer la liste de Givors (commune communiste du Rhône).


Partager cet article


Soutenez Rue89Lyon Vous avez apprécié cet article ?
Abonnez-vous pour que Rue89Lyon puisse
en produire d'autres et plus.

Publicité

À vous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 characters available

14 Commentaires postés

  1. Mais trop bien l’énorme pub pour les zids en Une de Rue89Lyon. C’est quoi la prochaine étape ? vous leur laissez un édito gratuit par semaine ? avec encart publicitaire dans un coin du site ?

    C’est bien c’est bien, l’extrême droite grandit malheureusement à Lyon avec une impunité chaque jour plus grande, et même les médias « de gauche », viennent leur filer le dernier petit coup de pouce qu’il leur manquait…

    Ce mouvement d’éthnocentristes réactionnaires ne vit que de communication, de coup de pub et de buzz -entre deux kebabs défoncés dans le vieux lyon, of course. Merci à Rue89Lyon de faire la seule et unique chose que les Zids désirent, une jolie Une.

    Un antifasciste désabusé, qui se dit que la presse n’a vraiment rien d’autre à foutre que du racolage, et que malheureusement Rue89Lyon ne fait pas exception à la règle.

    • en parler ou pas, c’est l’éternelle question. parler de leur stratégie et expliquer aux gens comme ils s’organisent, c’est pas de la pub. le sujet est racoleur, certes, mais moi je préfère savoir que ces mecs existent et ce qu’ils font. on pourra pas dire qu’on savait pas…

    • Votre discours est révélateur d’une doctrine extrémiste qui, de droite ou de gauche, se plaît à se penser comme une minorité d »éveillés » qui est la seule à comprendre le fond des choses tandis que le gros de la population n’est qu’une masse idiote et naïve prête à adhérer à n’importe quel discours pour peu qu’on lui fasse entendre suffisamment fort. Pour préserver ce peuple trop influençable des dangers de l’autre extrême (qui est bien entendu aussi manipulatrice que votre camp est libérateur), il faut donc selon vous veiller à ce qu’il n’ait pas accès directement au discours des autres mais seulement à la version pré-digérée et commentée par les gens bien intentionnés (donc vous).
      Et voilà comment dans toutes les dictatures du monde, peu importe leur bord, on musèle la presse « pour le bien du peuple ».

      Si vous êtes vraiment antifasciste, alors vous devez accepter que s’expriment ces identitaires qui, rassurez-vous, me sont aussi pénibles qu’à vous, et que la presse puisse relayer leur discours sans le filtrer. A vous et moi d’en démontrer le caractère haineux et illusoire auprès de ceux qui pourraient être tentés d’y adhérer.

  2. Trop bon sa !!

  3. mais alors ça, « lyonnais », c’est vraiment idiot! évidemment qu’il faut en parler, c’est quoi ton problème, qu’on leur fasse plus de pub qu’à toi ? les identitaires sont une plaie, il faut dénoncer tout ce qu’ils font, il ne faut pas leur laisser les seuls micros des tribunes remplies et ceux des télés qui restent beaucoup trop en surface! bravo à rue89 lyon pour le travail fait dans ce sens!

    • Qu’est ce qui me gène ? le fait qu’un non évènement -leur convention- donne lieu à une couverture médiatique énorme eu égard aux effectifs réels de ce mouvement. Que les articles se multiplient sans rien apporter de nouveau sur le fond (la plupart des informations, hors interview, lisibles ici le sont déjà sur d’autres médias, lyonnais ou nationaux). Et surtout que provoquer la production de tels articles est une volonté délibéré de la part des identitaires, qui y voient à raison une manière efficace de faire parler d’eux, et à terme de faire parvenir dans la sphère médiatique une partie de leurs idées -le racisme « anti-blanc » en est un très bon exemple.

      Alors oui des articles sur les mouvances d’extrême-droite radicale, mais avec des angles de vue nouveau, permettant de décrypter réellement une phénomène inquiétant plutôt que le décrire, une fois encore, ce qui ne leur fait pas de tort visiblement. Parlons des causes qui permettent la monté de ces mouvements, des raisons qui ont amené Lyon à se retrouver dans cette position délicate vis-à-vis de l’extrême-droite, de l’attitude des pouvoirs publiques successifs, ou du fond idéologique de ces groupes. Je ne voit pas l’intérêt d’écrire un papier s’il ne s’agit que d’un récapitulatif, et je pense au fond que c’est même contre-productif.

      Quand au fameux « il faut les connaitre », sous entendu pour pouvoir y faire face, je serais près à l’entendre quand les gens prendront réellement ce problème à bras le corps. Force est de constater que malheureusement les fachos ont encore de beaux jours devant eux à Lyon, vu le peu de réaction que leur présence accrue semble provoquer.

      • Jaloux va !, c’est sur qu’il vaut mieux ne parler que des siens, ne voir que les siens, ne penser qu’avec les siens, tu dois faire partie d’une secte toi!, non? tu dois être de gauche alors…

  4. édifiant! ces types sont des horreurs, pourquoi la proposition de dissoudre ces foutus groupuscules n’est-elle pas prise plus au sérieux, pourquoi ce n’est pas quelque chose enfin mis sur la table?

  5. j’adore quand les antifas dégueulent sur les médias et la presse grand public et globalement sur tout le système, les politiques flemmards qui regardent ailleurs pendant que ça brule! ah oui, eux ils sont en dehors, eux ils sont dans la vérité. faudrait vous servir la soupe tout le temps et là le boulot serait propre au moins! franchement, j’ai plus d’affection pour vous les antifas parce que je partage votre point de vue mais je trouve que votre attitude est au moins aussi conne que celle des fachos.

  6. J’aime bien voir à quel point les citations reflètent la mauvaise foi de chacun. On dirait un peu le récit d’un combat épique. Ce cadre des identitaires ne se prendrait pas un peu pour un spartiate ? Un infirmier et un psychologue, pff…

  7. L ‘extrême-droite ne sert que d »alibi a la faillite du capitalisme et de la droite dite traditionnelle qui n’hésite pas alors a attiser des idéaux nauséabonds pour créer un climat de haine et de peur dans la population. Le but se maintenir au pouvoir par tous les moyens : utiliser aussi par la « gauche » Mitterrand et l’élection de députés extrême-droite!

  8. L ‘extrême-droite ne sert que d »alibi à la faillite du capitalisme et de la droite dite traditionnelle qui n’hésite pas alors à attiser des idéaux nauséabonds pour créer un climat de haine et de peur dans la population. Le but : se maintenir au pouvoir par tous les moyens : utilisé aussi par la « gauche » Mitterrand et l’élection de députés extrême-droite!

  9. Mais des primates dans le genre y en a toujours eu !! C’est quoi la nouveauté ? Plus nombreux ? certes non ! Plus violents, je crois pas, m’étant fait fermer un oeil par deux de leurs coenzymes il y a plus d’un quart de siècle maintenant, je peux en parler.
    Récemment Madame Garaud nous parlait avec justesse de la disparition de l’Etat, en avançant des arguments institutionnels indéniables dont le dernier en date est la forfaiture du budget européen, abandon renouvelé de notre souveraineté jetée en dépucelage. Je rajouterai un signe patent en ex-France, celui de la disparition des clercs, sans parler de celle des figures tutélaires, consommée depuis la mort du Général.
    On ne parle ici que d’une bande de merdeux en cyclone hormonal, le petit paquet d’oestrogènes accroupi près de la banderole étant probablement la caution néo républicaine ausweissante. Et je ne suis même pas certain que Maurras lui-même ne se retournât point dans son ultime demeure tourangelle.
    Jambe droite, jambe gauche, jambe droite, jambe gauche. On peut au moins reconnaitre au système néo prédateur de respecter les règles de la biomécanique a moins que ce ne soit de l’habile ambidextrie, ce à quoi je croirais volontiers. En tout cas, il n’est pas regardant quant au QI de ses prothèses, le serait on à moins ? Au moins aussi idiots et encore plus utiles, les antifas acnéiques à keffieh, accordant leurs beuglements tribune Est (23 euros) debout sur la tribune Ouest debout (28 euros), à mort !! aux aaaaarmes !! Les mêmes codes, les mêmes attitudes, les mêmes trilles vocales post pubères,les mêmes bras levés, même après 5 heures de l’après midi, merci…voir Marcel Gottlieb…
    Oh pain béni que ces jeunes cons ! Ma génération renouvelant depuis forces législaforfaitures, sa rituelle et cyclique abdication civique, ma génération qui aurait du être le bouclier patiné robuste de notre citoyenneté républicaine, éprouvé au feu de l’expérience. Ma pauvre génération, première vaincue de l’histoire, marquée du sceau de l’abandon et de la dilatation cocufiante, au grand plaisir du Pédophile Rouge venu d’outre Rhin. O pain béni que ces jeunes cons replets, de chair claire, mal cuite et exhalant mycoses et bulles de levures, conjurant secrètement le destin matriciant du four ! O pain béni, petit lait jubilatoire, épidermes juvéniles et consommateurs ! Absorbez, twittez, fesseboucquez, bactériémie ! colonies fungiques ! Appelez de vos voeux la nasse policière antibiotique et l’Orwell aseptique ! Enzymes et coenzymes que vous êtes, abrutis biologiques.
    Interdire ? Interdire !! N’en avons nous pas construits et éprouvé les outils juridiques , aiguisé la lame sur la peau dure et noire d’un saltimbanque en lui prêtant des mots, en se dédouanant de ses dires pour mieux feindre de mésentendre ceux qu’on nous donne à entendre clairement de la bouche de ces cons lyonnais ou niçois? N’ y a t il pas matière ? N’est ce pas de l’incitation à la haine raciale ? Mâtin, la sauvegarde de notre système ne s’embarrasse guère d’éthique. Au temps de notre bon sire Louis XIV, on opérait des condamnés à mort avant de triturer la royale fistule anale !
    La voilà bien notre politique et tu avais raison, grand Pierre, elle sent le pied confiné et la gloriole masturbatoire. Cafards et vers blancs chimiotactiques.
    Intellectuel Valls doit contracter ses masseters de plaisir, l’agenda va bien. Tu vois, grand Jacques, le diable n’a même plus besoin de venir sur Terre pour voir comment vont ses affaires, il sous traite à un épicier barcelonais. J’ai vu l’immonde catin Catalane, voguer d’émeutes en fusillades rurales et assurer les cagoles Aigues mortaises (en cheville ? non…) de son attachement au moins aussi indéfectible que celui envers Israël, aux valeurs de mon cul sur la commode. Il luttera aussi fort contre le racisme que contre la délinquance. Traduction pour les rares endormis qu’ont pas eu leur CAPES de novlangue :  » Je vous alimenterai tous les deux, je vous filerai des munitions pour vous aimer à mort, des prétextes et des colères, et je vous renverrai dos à dos jusqu’à la prochaine représentation, je vous emmerde et je vous hais, vous sentez l’huile, Dupont Lajoie, Benmohammed et j’ai l’odorat délicat…  » (Extraordinaire Michel Trintignant toutefois fourvoyé dans Molinaro-Hannin) « ..évidemment, je peux pas dire Betoun… » « …sur ce je remets ma kippa et je file au dîner du Crijf local, il parait qu’il y a du pain au chocolat en dessert… »

    Vivement ma France retrouvée
    Vivement ma république rétablie

  10. punaise, j’avais pas entendu leur slogan a la con. « on s’est battu pour la reprendre » . Hey les anthropoïdes vous avez rien repris du tout ! Parce que vous savez pas entre les mains de qui elle est. C’est tellement plus simple de taper sur des kebabs