Cultures 

Comment la fête de la musique a tapé sur les nerfs

Rude / Taratata. Suffit les bons sentiments (« c’est bien les fêtes populaires où tout le monde se retrouve dans la rue ») et les voeux pieux (« c’est bien pour ceux qui veulent se faire connaître »). La Fête de la musique n’a jamais permis aux joueurs de flûte de pan de la place Bellecour de signer chez Universal. Elle se termine par des flaques de vomi déversées sur les trottoirs, en plus de se passer sous les fenêtres de riverains dont certains, même, sont mélomanes, et parmi lesquels on en trouve qui bossent le lendemain matin.

Sur les réseaux sociaux, la danse de la pluie a commencé le jeudi dans l’après-midi. Pourvu qu’il pleuve, pourvu qu’il pleuve et que toutes les fêtes de la musique soient annulées les unes après les autres.

Après une belle averse en fin d’après-midi qui laissait espérer un calme sur la ville, grand soleil à Lyon et ses environs. Les zikos du 21 juin n’ont pas attendu plus longtemps : les premières notes de guitare électrique ont résonné dans la presqu’île, en même temps que trois djembés étaient accordés plus loin. Ou l’inverse.

Toujours sur les réseaux sociaux, cette édition 2012 a été maudite dans un florilège de statuts assez drôles dont on a voulu faire l’assemblage, en sa mémoire.

 

Mais que fait la police ?

Yannick S. en fin de soirée, frôle la dépression nerveuse :

« J’attends 23h59 pour appeler la police. »

Fabien H. est plus réservé sur ce moyen, il :

« aimerait être de droite pour appeler les flics. »

 

La crise de nerfs et l’analyse politique

Laura L. n’apprécie pas le talent vert :

« Au secours… faites-les taire !!! ça fait 3 fois qu’ils nous rejouent « Cendrillon », 2 fois « we are the champions »… En dehors des reprises – et encore leur répertoire est so f… restreint, à quoi ça sert !!! »

Romain B. a une pensée pour les Vosgiens :

« Chaque mauvais groupe ce soir entraine invariablement une poussée de sympathie pour les électeurs de la seconde circonscription des Vosges #jacklang »

 

Ceux qui voudraient être critiques aux Inrocks

Superman nous la fait vivre en direct, cette Fête 2012 lyonnaise :

« J’entends au loin comme une reprise de Jean-Jacques Goldman. Décidément, on lui fait vraiment sa fête à la musique. »

Avant de constater :

« Reprise de Nirvana, puis de Noir Désir, mais toujours avec la voix de Jean-Jacques Goldman. Quel performeur ! #FromHell »

Fabien H. essaie de dealer :

« Je t’échange une batucada contre les reprises de Nirvana. Deal ? »

Antoine A. pousse l’analyse :

« Tout le monde s’est plaint hier soir des simili-rockers qui jouaient du Noir Désir avec leur crincrin mais la house filtrée avec une radasse qui chante par-dessus c’est pas mieux. Me demande même si c’est pas pire d’ailleurs. »

La vie d’un journaliste le soir de la Fête de la musique, ça peut aussi être celle de Benjamin. Lucide :

« Terminer un papier. Éteindre l’ordi. Aller pisser. Se rendre compte en tirant la chasse que ledit papier ne veut rien dire. Rallumer l’ordi. »

Cécile C. résume la situation :

« Ah bah oui c’est bien la fête de la musique aujourd’hui … c’est faux, c’est fort et c’est en bas de chez moi ! »

Quand François T. se fend d’une citation très à propos :

« Les mélomanes sont absurdement peu raisonnables. Ils veulent toujours que l’on soit absolument muet au moment où l’on ne demande qu’à être totalement sourd. Oscar Wilde »

Et vous, vous l’avez mieux vécue, cette Fête de la musique ?

Partager cet article
Tags

L'AUTEUR
Rue89Lyon
Rue89Lyon
Premier pure player d'informations lyonnais. 100% gratuit, indépendant et participatif.
En BREF

Une marche à Lyon pour la journée de lutte contre le sida

par Rue89Lyon. Aucun commentaire pour l'instant.

Au Forum de l’entrepreunariat, bien-être et zénitude du porteur de projet

par Rue89Lyon. Aucun commentaire pour l'instant.

Cour d’appel de Lyon : l’affaire du Center Parcs de Roybon renvoyée en décembre

par Rue89Lyon. 577 visites. 1 commentaire.