Société 

Légalisation du cannabis: “Duflot ne nous a pas servis”

Interview / Alors que les propos de Cécile Duflot sur la dépénalisation du cannabis ont agité la campagne des législatives et que Nadine Morano dénonce dans Minute les Verts qui en prônent la légalisation, le Collectif d’Information et de Recherche Cannabique (CIRC) lance comme chaque année son « Appel du 18 joint », un rassemblement festif au parc de Gerland. Christian Tarel, militant du CIRC Lyon depuis vingt ans n’a pas forcément apprécié la sortie de la ministre et la façon dont le débat a été mené.

Les propos de Cécile Duflot sur la dépénalisation vont-ils dans le bon sens selon vous?

Ils ne nous ont pas vraiment servis. Au CIRC les avis sont partagés. Certains pensent que la dépénalisation de l’usage du cannabis peut être utile dans un premier temps pour ouvrir le débat et éviter des poursuites judiciaires absurdes à l’encontre des consommateurs. Mais en rester là serait hypocrite si la détention, la production ou même la vente ne sont pas également autorisées.

 

Trouvez-vous que les responsables politiques connaissent bien ces questions?

Nous travaillons en partenariat avec certains partis comme Europe Ecologie-Les Verts ou le NPA, même si nous ne sommes pas d’accord sur tout. Mais la plupart sont mal informés. Quand je vois Arnaud Montebourg dire qu’il n’a pas envie « que les enfants de France puissant acheter du cannabis dans les supermarchés », c’est de la folie. Ce n’est pas du tout ce que nous proposons.

 

Justement, quel serait votre modèle?

Quelque chose entre les coffee-shops néerlandais et les clubs sociaux espagnols. Il faut d’abord permettre l’autoproduction pour sa consommation personnelle, mais aussi autoriser la vente. Nous aimerions créer des associations ou des coopératives, avec un système d’adhésions et une limitation de la production, qui permettraient d’encadrer cette activité.

 

Vous souhaitez donc une légalisation du cannabis?

Oui, mais cette légalisation ne doit pas être brutale. Nous voulons surtout qu’il y ait un vrai accompagnement. Aujourd’hui l’interdiction du cannabis n’existe que dans les textes, à commencer par la loi du 31 décembre 1970, dont nous souhaitons l’abrogation. Il est en réalité très facile de s’en procurer. La prohibition ne fonctionne donc pas. Un jeune qui veut se droguer le fera malgré la loi. Il faut donc mettre en place un système de prévention et d’information sur cette question.

 

Une prévention contre la consommation de cannabis?

Non. Nous ne nions pas que la consommation de cannabis peut avoir des inconvénients, sur la santé et le psychisme. Tout comme l’alcool, le tabac et d’autres produits tout à fait légaux. Mais le fait est que ces drogues existent. Si, une fois bien informés, des gens veulent y goûter, ils doivent pouvoir le faire en étant accompagnés. Cela ne veut pas dire qu’on va fumer avec eux, mais plutôt qu’on va faire en sorte que cela reste un plaisir maîtrisé et pas un problème de santé publique.

 

N’est-ce pas une incitation à la consommation?

La consommation de drogue nécessite une connaissance de soi même et du produit. La légalisation n’est bien sûr pas synonyme d’obligation de fumer! Mais plutôt que de consommer des produits achetés dans la rue et sans information, il faudrait former des personnes à la vente de cannabis, capables de conseiller les usagers… Qui se drogueraient de toute façon.

 

Pour l’économiste Pierre Kopp, légaliser le cannabis et le taxer comme le tabac rapporterait plus d’un milliard d’euros pas an, qu’en pensez-vous?

Nous sommes pour une taxe sur la vente. Mais ce n’est pas notre argument principal. Nous voulons justement éviter que le cannabis devienne un business comme celui du tabac, que ce soit pour les trafiquants, pour les hommes d’affaires ou pour l’Etat.
Par contre le développement de la filière du chanvre, qui est une autre de nos revendications, permettrait de créer des centaines d’emplois dans l’industrie textile, le bâtiment, les cosmétiques… À l’heure où les hommes politiques veulent produire français, nous aimerions être plus entendus.

 

 

Le CIRC, c’est quoi : Le Collectif d’Information et de Recherche Cannabique est né en 1991 avec la publication du livre Fumée clandestine, de Jean-Pierre Galland. Sous l’impulsion de cet écrivain et militant, l’association s’est donnée pour objectif « la collecte et la diffusion, dans un but non lucratif, de toute information relative au cannabis », affirme son site internet. Deux ans plus tard, en 1993, le CIRC Lyon était créé, Christian Tarel en a été le premier président.

Partager cet article