Cultures 

Malbouffe : un film et un débat ce mardi soir avec Rue89Lyon

Quand Xavier Denamur, propriétaire de plusieurs établissements dans le Marais, apprend que la TVA va passer de 19,6% à 5,5% pour les restaurateurs, il n’a pas la réaction que l’on pourrait attendre de lui. Alors même que cette baisse de la fiscalité est censée signifier « économies » pour lui et tous les professionnels d’une branche en crise, il est dépité. Ce n’est pas ce mot qui résonne à l’oreille de Xavier Denamur, mais un autre qui pourrait bien être « entourloupe ».

Ce mangeur de politique est loin d’être convaincu par la mesure sur laquelle le ministère de l’Économie met le paquet, en termes de communication, au printemps 2009. Elle doit permettre aux restaurateurs d’embaucher, d’améliorer leurs conditions de travail et d’investir, pour survivre voire monter en qualité.

Mais pour Xavier Denamur, la baisse de la TVA dans la restauration est une erreur. Un cadeau fait par Nicolas Sarkozy aux grandes enseignes qui, plus à l’aise, peuvent assoir leur monopole et écraser davantage encore ceux qui tentent de faire de la bouffe. De la vraie, dans des arrière-salles de restaurant avec des légumes et de la viande du jour.

Xavier Denamur va donc entrer en croisade. République de la Malbouffe est un film documentaire, entre road movie et petite enquête à la Louis la Brocante, sur son périple anti-baisse de la TVA. Dans le film, il ouvre les portes des réunions secrètes des syndicats de l’hôtellerie et de la restauration, où des guerres de succession blessent autant qu’un steak avarié. Il lève le voile sur le travail obséquieux des lobbyistes. Il nous montre l’édile cravaté en train de pousser sa gueulante sur un Denamur pas vraiment pisse-froid. Il raconte le bal matinal des camionnettes de produits surgelés, parties en livraison des restos chez qui on commandera le plat du jour bien assemblé quelques heures plus tard.

Quels bénéfices a apporté cette baisse de la TVA ? A-t-elle permis d’embaucher du personnel dans les restaurants, comme le promettait la ministre de l’Economie de l’époque, Christine Lagarde ? Xavier Denamur tente d’apporter des réponses, en mettant le pied dans les portes, et nous fait renifler les effluves salées du fond de veau en poudre mais aussi l’odeur verte des herbes fraîches. Le passage de l’un à l’autre est instructif, rythmé.

Pour en parler, l’aventurier restaurateur sera ce mardi soir au Comoedia et répondra à vos questions à l’issue de la projection du film La République de la Malbouffe, dans le cadre d’un débat animé par nous, l’équipe de Rue89Lyon.

Pour vos places, laissez-vous guider sur la page dédiée à cette soirée spéciale « République de la Malbouffe »

Partager cet article
Tags

L'AUTEUR
Dalya Daoud
Dalya Daoud
Redchef à Rue89Lyon.
En BREF

« Tous unis, tous solidaires » ou le Bon Coin du bénévolat lyonnais

par Rue89Lyon. 246 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Orhane : dis-moi où tu habites, je te dirai si tu subis bruit et pollution de l’air

par Rue89Lyon. 1 255 visites. 1 commentaire.

Contre l’A45, une première fête pour relancer la mobilisation

par Rue89Lyon. 1 002 visites. Aucun commentaire pour l'instant.