Politique 

Législatives : le PS sévit contre la dissidence opérée par Gérard Collomb

Gérard Collomb a claironné en début de semaine qu’il était « l’histoire du socialisme à Lyon ». Le PS ne le lui rend pas très bien: le bureau national vient de saisir la justice pour utilisation abusive de son logo par Thierry Braillard (PRG), que le maire de Lyon soutient avec force contre le candidat écologiste officiellement investi, Philippe Meirieu. Ambiance.

À eux deux, ils marquent le tempo de cette campagne législative qui ne se fait qu’assez peu sur les programmes, d’autant moins qu’ils défendent exactement le même. Thierry Braillard, candidat PRG soutenu par toute la fédération locale du PS et Gérard Collomb en tête, et le pédagogue écologiste Philippe Meirieu, ont enchaîné les passes d’armes sur la 1e circo du Rhône depuis plusieurs semaines.

Dernière touche en date : la requête mardi d’une assignation en référé d’heure à heure (une procédure d’urgence), déposée devant le TGI de Lyon par le bureau national du PS, qui s’est réuni autour de Martine Aubry lundi soir. Ici, on ne blague pas avec la dissidence.

La direction nationale du parti veut donc faire interdire à Thierry Braillard l’utilisation, sur ses tracts et ses affiches, des slogans de la majorité présidentielle, ainsi que du logo du PS qui accompagne le nom de sa suppléante, Gilda Hobert. Pour clore la boucle et la procédure, le parti socialiste vient également d’exclure cette dernière.

Nathalie Perrin-Gilbert, la suppléante socialiste de Philippe Meirieu, et opposante régulière de Gérard Collomb, a expliqué la démarche mercredi soir en conférence de presse :

« C’est une mesure de protection des électeurs vis à vis des électeurs pour ne pas leur laisser croire qu’il y a deux candidats socialistes sur la 1e circonscription. »

Démonstration de force de Gérard Collomb

Oeil pour oeil, dent pour dent. Depuis plusieurs semaines, au communiqué assassin, à la lettre d’huissier rappelant les règles du jeu, on répond par une conférence de presse organisée en moins de temps qu’il ne faut pour le dire.

À ce jeu-là, Gérard Collomb n’est pas le moins bon. Hors de question de se laisser dicter sa conduite, et encore moins par des parisiens. Grand bien leur fasse s’ils prennent des décisions en haut lieu, sur le terrain c’est comme si ça n’existait pas. Cette campagne s’est transformée pour le maire de Lyon en véritable démonstration de force. Il est partout. Enfin surtout sur la 1ère circonscription. Les marchés, les allées d’immeubles… Le terrain, il se le coltine comme un militant de la première heure. Il réunit aussi les responsables de section, pour expliquer que si on n’est pas avec lui (et avec Thierry Braillard), on est contre lui.

En début de semaine, Gérard Collomb a organisé une nouvelle conférence dans laquelle il a estimé que le PS ne pouvait certainement pas l’exclure, puisqu’il est « l’histoire du socialisme à Lyon ».

Il mène en effet la danse sur le territoire lyonnais et, posant tous les coins nécessaires, le maire de Lyon a même fait en sorte que ses alliés élus écologistes affichent une position claire : contre le candidat portant pourtant leurs couleurs, Philippe Meirieu, et en faveur de Thierry Braillard. Europe Ecologie Les Verts a donc aussi dû régler ses comptes, et a suspendu provisoirement deux de ses membres, Françoise Rivoire, adjointe de Gérard Collomb au Développement durable, et Alain Giordano, maire du 9e arrondissement.

 

Coups de pied dans la rue et sur Facebook

La baston, c’est sur le terrain aussi qu’elle se passe. En règle ou pas. Chacun fait le récit de provocations, de petits coups de pied dans les chevilles et d’arrachages d’affiches. D’un camp l’autre. Ça castagne sur le terrain mais aussi sur Facebook où les militants, chefs de section, membres du cabinet de Gérard Collomb, poursuivent la campagne en faveur de Thierry Braillard.

Ce jeudi encore, après l’annonce de l’exclusion de Gilda Hobert du Parti socialiste, les militants socialistes postaient des statuts montrant qu’ils ne craignaient pas la sanction, rappelant leur soutien indéfectible à l’adjoint au maire. Plusieurs secrétaires de section socialistes, au sein du groupe de campagne « François Hollande Rhône », ont quant à eux envoyé ce jeudi matin un communiqué regrettant l’exclusion de Gilda Hobert.

En attendant la décision du TGI de Lyon concernant le référé d’heure à heure, on n’imagine pas que Gérard Collomb et Thierry Braillard, remontés à bloc, se dégonflent. Il leur faudra, si la décision de Justice brisent leurs illusions, trouver une parade pour garder la face et poursuivre la campagne sur le terrain au nom de cette fameuse « majorité présidentielle ».

 

> Article modifié à 14h30, le communiqué regrettant l’exclusion de Gilda Hobert n’a pas été envoyé par la fédération départementale socialiste mais par des secrétaires de section, du groupe de campagne « François Hollande Rhône ».

Partager cet article

L'AUTEUR
Dalya Daoud
Dalya Daoud
Redchef à Rue89Lyon.
En BREF

Les archives de Lyon ont besoin de vos photos de mariage

par Rue89Lyon. 398 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

« Tous unis, tous solidaires » ou le Bon Coin du bénévolat lyonnais

par Rue89Lyon. 408 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Orhane : dis-moi où tu habites, je te dirai si tu subis bruit et pollution de l’air

par Rue89Lyon. 1 623 visites. 2 commentaires.