Appartement 16
  • 17:52
  • 17 mai 2012
  • par Laurent Burlet

Gabriac récidive en Italie : salut fasciste à la mémoire de Mussolini

9018 visites | 2 commentaires

Un an après avoir été exclu du Front National pour un bras tendu devant le drapeau nazi, le conseiller régional Alexandre Gabriac fait reparler de lui pour un salut fasciste, à la mémoire de Mussolini.


Alexandre Gabriac lors de la manifestation de son groupuscule, les Jeunesses nationalistes à Lyon en janvier. Photo : Mickaël Draï

Le 28 avril dernier, en Italie, au cimetière de Crémone (en Lombardie), une soixantaine de néo-fascistes italiens a commémoré l’exécution de Benito Mussolini.

L’information a été relayée par le journal italien Cremona Oggi puis en France par le site d’info streetpress.

Car, aux côtés des néo-fascistes italiens, notamment ceux de la Casa Pound, se trouvait le lyonnais Alexandre Gabriac, conseiller régional de Rhône-Alpes, exclu du FN pour un salut nazi.

Rien d’étonnant puisque le plus jeune conseiller régional de France (21 ans) entretient de très bonnes relations avec ses homologues italiens, avec qui il partage la même nostalgie.

Pour rendre hommage à Mussolini, Alexandre Gabriac et ses amis ont sorti le grand jeu. Comme le montrent les photos publiées par le journal italien, l’élu de Rhône-Alpes revêtait une chemise bleue, l’uniforme des admirateurs de Pétain de l’Oeuvre Française. Il était également accompagné de trois autres Français dont certains tenaient le drapeau à croix celtique de l’Oeuvre Française et portaient un t-shirt à l’aigle doré des Jeunesses nationalistes, le groupuscule fondé par Gabriac lui-même et qui a manifesté à Lyon le 14 janvier dernier.

Uniforme, Ray-Ban et bras tendu

Sur une autre photo, on voit Alexandre Gabriac, Ray-Ban sur le nez, exécutant un nouveau salut fasciste.

C’est ce cliché qu’un élu Europe Ecologie Les Verts, Eric Piolle, a tenu au Conseil Régional de Rhône-Alpes réuni en assemblée plénière mercredi après-midi :

« Sur le site web de son organisation, il est écrit « urnes, cercueil de vos illusions ». La démocratie pose manifestement un problème à Alexandre Gabriac. C’est ce qu’il marque par ses voyages. Car avant l’Italie, il y avait l’Espagne où il s’est affiché avec des Phalangistes pour rendre hommage à Franco ».

Le président (PS) de la région Rhône-Alpes, Jean-Jack Queyranne, a promis de saisir le ministre de la Justice du Gouvernement Ayrault au sujet du bras tendu mussolinien.

Absent de l’hémicycle régional, Alexandre Gabriac a tenu à s’expliquer. Dès le lendemain de l’assemblée plénière, ce jeudi 17 mai, un texte a été posté sur le site des Jeunesses nationalistes, avec pour titre « Le salut à la romaine ou olympique », où l’on apprend que « la civilisation, c’est d’abord la politesse » :

« Chaque fois qu’un homme s’engage à servir (…), il lève naturellement le bras droit plus ou moins haut avec la main bien ouverte ».

Sur une quarantaine de lignes, Alexandre Gabriac (ou sa plume) tente de convaincre que le bras droit tendu avec la main ouverte est le « symbole le plus répandu de l’humanité civilisée » : du « légionnaire de Rome au barde celtique, de l’athlète olympique au chevalier médiéval », « de Saint-Louis au Maréchal Pétain », même « en 1936 à Berlin où toute l’équipe nationale française participante salua unanimement de la sorte la tribune officielle ». Précision absente du texte : il s’agissait des Jeux Olympiques organisés sous le régime nazi, avec, à la tribune officielle Adolf Hitler.

La conclusion des Jeunesses nationalistes va de soi : ceux qui considèrent que le bras tendu renvoie aux régimes fascistes sont les « tenants de la main fermée », comprendre « les marxistes », et les « tenants de la main cachée », comprendre « l’alliance des forces occultes dirigeantes et des puissances du gros argent corrupteur ».

Bref, un parfait argumentaire d’extrême droite.

Un « observatoire régional de l’’extrême droite » ?

Le conseiller régional Gauche unitaire (membre du Front de gauche), Armand Creus propose d’aller au-delà de « coups médiatiques » pour dénoncer le « vrai visage » de l’extrême droite : « Pourquoi ne pas mettre sur pied un « observatoire régional de l’’extrême droite » dans et hors l’’institution régionale ? » :

« C’’est ensemble que la majorité de gauche du Conseil Régional avec l’’aide de son Président doit combattre dans la durée l’’extrême droite , ses positionnements et ses pratiques au Conseil Régional ; isoler et combattre les élus néo-nazis en examinant tous les moyens légaux pour les empêcher de nuire en lien avec le mouvement antifasciste et démocratique régional ».

Aller plus loin

Article mis à jour le 18 mai à 11h55, suite au communiqué de Gauche unitaire


Partager cet article


Soutenez Rue89Lyon Vous avez apprécié cet article ?
Abonnez-vous pour que Rue89Lyon puisse
en produire d'autres et plus.

Publicité

À vous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 characters available

2 Commentaires postés

  1. Contrairement à ce que voudraient faire croire Le Pen et son staff, Alexandre Gabriac n'a pas été exclu du front national parce qu'il avait été photographié posant, bras tendu, devant un drapeau à croix gammée. L'expression de sympathies hitlériennes ou franquistes par des militants et des candidats FN est monnaie courante, comme s'est attaché à le démontrer le site internet Fafwatch qui traque et expose les militants d'extrême-droite qui croient pouvoir "se lâcher" impunément sur les réseaux sociaux.
    La principale raison de l'exclusion d'Alexandre Gabriac du FN est son appartenance au groupuscule fasciste et pétainiste l'Oeuvre Française. L'activité principale de l'OF ces dernières années a consisté en une tentative de noyautage du FN, laquelle a pris fin avec la défaite de leur candidat Bruno Gollnisch et la victoire de Marine Le Pen lors du congrès de succession 2011. Les membres de l'OF ayant mené une campagne virulente contre Marine Le Pen, la victoire de celle-ci a mené à l'éviction de la plupart des "taupes" identifiées de l'OF, notamment Alexandre Gabriac, mais également Yvan Benedetti, bras droit de Bruno Gollnisch et élu FN à Vénissieux. Depuis 2011, Benedetti assume officiellement la présidence de l'Oeuvre Française, tandis que son poulain Gabriac a quitté Grenoble pour venir s'installer à Lyon où ils ont fondé conjointement les Jeunesses Nationalistes, branche jeune de l'OF, présidée par Gabriac.