Actualité 

Sodexo condamné à rembourser la Journée de solidarité à ses employés syndicalistes

 

L’entreprise Sodexo a été condamné le 28 février dernier par le conseil de prud’hommes de Lyon à rembourser 81,90 euros à deux de ses salariés.

Les juges ont en effet considéré qu’ils avaient effectué journée de travail « gratuite » en mai 2008 dans le cadre de la Journée de solidarité.

 

La faute de l’entreprise de restauration pour le conseil des prud’hommes : ne pas avoir au préalable consulté les représentants du personnel pour définir le choix de la date de l’application de cette journée, qui vise notamment à financer la dépendance des personnes âgées.
La société a donc ainsi opéré « sans fondement » une retenue sur salaire de ses deux employés, par ailleurs délégués CGT.

 

 

Interrogée par Le Progrès, la direction de Sodexo, qui a renoncé à faire appel, considère que « cette décision de justice ne concerne que l’année 2008, année de mise en place de la journée de solidarité »:

 

« Sodexo a bien échangé à l’époque avec les organisations syndicales pour fixer les modalités de positionnement de cette journée, dans un environnement réglementaire complexe. Nous pensons donc avoir respecté l’esprit de la loi, qui comme vous le savez a été modifié à plusieurs reprises depuis 2008. Nous regrettons cette démarche procédurière qui ne contribue pas au dialogue social dans l’entreprise, alors que la journée de solidarité s’impose tant aux entreprises qu’aux salariés. »

 

 

Par ailleurs, la CGT réclame l’ouverture de négociations à Sodexo pour définir les conditions d’application de cette journée. Mais faute de réponse positive, les prud’hommes risqueraient bien d’être débordés par les plaintes de centaines d’autres salariés de Sodexo dans toute la France.

 

Partager cet article