Actualité 

Pour la halle de la Martinière, la mairie privilégie le gestionnaire du goût

 

Sans surprise, c’est le projet du gestionnaire « Les Producteurs du goût », qui a été retenu par la mairie ce mercredi 2 mai, pour investir la halle de la Martinière de Lyon, comme nous le révélions il y a quelques jours.

 

Face à la candidature de Saveurs du coin,le collectif Halle’Mart porté par plus de 60 habitants du quartier est resté sur la touche.

Pour Gérard Collomb, maire de Lyon, « c’est un projet qui défend l’agriculture locale et les circuits courts et qui insufflera un nouvel élan à ce lieu emblématique. »

 

 

Ayant remporté l’appel d’offre lancé l’an dernier par la ville de Lyon, ce groupement d’intérêt économique réunissant une centaine de producteurs locaux mènera à bien leur projet consistant à vendre des produits régionaux. En tant que gestionnaire du site, ils s’engagent également à réaliser 1,2 million d’euros de travaux pour redonner un coup de jeune à la plus ancienne halle de Lyon, construite en 1838.

 

 

La future halle sera pour l’occasion composée de trois pôles : le comptoir des coteaux du lyonnais, Victor le boulanger et ses sept producteurs de céréales et enfin, Saveurs du coin regroupant 65 exploitations de fruits et légumes, épiceries, viandes et fromage. Dans un communiqué, Les Producteurs du goût, explique que leur  projet a pour fondement « de permettre aux lyonnais d’accéder à des produits locaux de qualité, à un juste prix pour les consommateurs. Un prix sans intermédiaire et tenant compte d’une juste rémunération pour les producteurs. »

 

 

Côté architecture, le budget de l’opération sera de 1 180 000 de dépenses pour les travaux de réhabilitation et de 480 000 pour l’équipement et le matériel. D’ici la fin de l’année 2013, le projet prévoit notamment une ouverture vitrée sur la place Rambaud.

 

 

En lançant son appel d’offre fin 2011, la ville de Lyon a écarté les projets de plusieurs grandes chaînes, en justifiant rechercher un projet respectant les savoirs faire locaux.  La ville s’apprête donc à octroyer aux Producteurs du goût un bail emphytéotique de 35 ans.

Partager cet article