Société 

La pub hot du Jura est-elle misogyne ?

Le département du Jura s’est lancé dans une campagne d’autopromo d’un style bien particulier, qu’on peut entendre sur les ondes de plusieurs radios. Le spot n’est pas du goût de tous, et notamment de l’association des Chiennes de garde, qui s’insurge contre le détournement d’une pub minitel rose pour vanter les paysages jurassiens.

Une voix suave et sexy, inattendue sur les ondes de France Info depuis le 10 avril (et aujourd’hui sur d’autres radios), invite les auditeurs à venir visiter le département du Jura. Un spot que l’on pourrait confondre avec une pub dédié à un site de rencontres olé-olé:

« Tu veux des rencontres, vivre une aventure, goûter mes spécialités gourmandes, alors viens chez moi, je suis le Jura. »

Vantant les mérites de ce département de la région Franche-Comté, en comparant ses paysages au corps d’une femme, la campagne, réalisée par Dartagnan, agence de communication de Besançon, et commandée par le comité départemental du tourisme (CDT) du Jura, n’est pas passée inaperçue. Dans un laps de temps d’environ 10 secondes, l’objectif « est de « choquer » pour interpeller un maximum de personnes » explique Véronique Quenot, responsable du CDT du Jura.

Si certains saluent l’«audace » de cette campagne, d’autres souhaitent son retrait immédiat. C’est le cas de l’association féministe des Chiennes de Garde qui a vivement réagi. Pour elles, la campagne qui vient d’être menée n’a rien de drôle ni d’élégant. Cette publicité « est hors de propos » :

« Elle interpelle en utilisant les codes des sites de rencontre pour vanter les mérites d’une région. Et c’est inique qu’une collectivité locale utilise l’argent public pour réaliser une publicité sexiste. Pour eux, c’est rigolo et nous, nous passons pour des gens qui manquent d’humour ! » fustige Marie Noëlle Bas, présidente de l’association. Et ajoute qu’à ses yeux, « les publicitaires manque vraiment d’imagination et, utilise le corps de la femme pour sortir du lot et faire parler d’eux. »

 

10 secondes pour expliquer « la volupté »

Marc Pouillard, responsable de la conception de la campagne, justifie ses choix :

« La pub ne devait pas dépasser 10 secondes, je ne pouvais pas m’étaler ! Le Jura est associé au froid et souvent vu comme une région hostile, j’ai donc voulu lui redonner un peu de chaleur en utilisant une voix féminine. Et pour donner envie d’aller à sa rencontre, j’ai décidé de réaliser la pub sous la forme du minitel rose. Tout cela pour mettre en avant la volupté, les courbes, et la gourmandise de cette région. »

Devant la réaction des féministes, Véronique Quenot, quant à elle, assume :

« Nous avons atteint nos objectifs dans cette campagne de pub. Aujourd’hui, il faut être percutant et inattendu pour se faire entendre dans les médias. Quant aux féministes, elles ont le droit de s’exprimer, mais elles ont surtout contribué à faire le buzz. Et nous n’avons aucunement l’intention de la retirer.

Les Chiennes de Garde ont saisi le Jury de déontologie publicitaire (JDP) et lui demande d’examiner le dossier et de se prononcer sur le bien-fondé de la plainte. Avant de délibérer, il entendra les arguments de l’annonceur puis décidera s’il est nécessaire ou non de la retirer.

Mais la présidente de l’association se dit sceptique quant à la décision du jury de retirer la publicité :

« De plus en plus de publicités sexistes sont produites pour faire le buzz, mais le jury, qui est composé de plusieurs publicitaires, ne se prononce que très rarement dans le sens d’un retrait. Nous voulons qu’elle soit remplacée par une instance indépendante composée de différentes associations. »

En attendant la décision finale du JDP, c’est mission accomplie pour le comité départemental du tourisme : la fréquentation du site Juratourisme est en hausse depuis la diffusion du spot d’environ 20 % avec 3 000 visiteurs par jour. La vidéo a été regardée plus de 4000 fois depuis son lancement. Et près de 90 000 articles web ont été indexés sur Google.

Partager cet article