Cultures 

Théâtre : avis de suicide

Deux ans après son passage au Théâtre de l’Élysée, la comédienne et metteur en scène Valérie Marinese revient avec « 4.48 Psychose » de Sarah Kane au Théâtre Les Ateliers. Un spectacle noir qui sert d’écrin (tragique) à une performance d’actrice.

 

Les œuvres de Sarah Kane souffrent de ce que l’on pourrait appeler le «syndrome Lagarde et Michard». Difficile en effet de ne pas voir dans 4.48 Psychose un avis de suicide de son auteur, qui mettra fin à ses jours en se pendant dans un hôpital, à 28 ans, quelques semaines après avoir mis un point final à l’écriture de sa pièce. C’est cette rencontre d’une psychose suicidaire avec le «corps» médical que relate 4.48 Psychose. Valérie Marinese, comédienne et metteur en scène, choisit de raconter cette expérience médicale comme on rend compte d’un combat. Sur le sol, on a peint un simple carré blanc, dernier refuge avant la disparition des frontières entre vie réelle et vie imaginée peut-être, mais aussi ring qui se salit, se délite, qui déborde et où la comédienne s’affronte à elle-même et à un psychiatre, incapable de lui venir en aide dans son costume blanc immaculé. Dans cette lutte sans fin, où les points se comptent en longues prescriptions médicamenteuses, Valérie Marinese semble sans cesse tester ses propres limites et celles des spectateurs, qu’elle installe dans un inconfort permanent.

L’heure du crime

La grande qualité de Valérie Marinese est de ne jamais sombrer dans le pathos. Comme Edward Bond, elle a vu dans le texte de Kane «une grande pièce, amèrement comique, pleine d’un désir de vie». Certes, on pourra regretter la présence d’un bon nombre de poncifs du théâtre contemporain : je me mets tout nu, je saute en l’air sur une musique rock trop forte, je projette une vidéo où je me rase le crâne face caméra, je crache ma nourriture sur le sol, j’agresse les spectateurs en leur jetant de l’eau au visage… Mais l’engagement de la comédienne, absolu, sa façon de mettre ses tripes sur la table (d’autopsie ?) forcent le respect. Au-delà des clichés, la mise en scène de Valérie Marinese a le mérite de faire entendre et résonner le texte de Sarah Kane, dans toute sa violence et sa noirceur, mais aussi son humour, forcément grinçant. Laissant les spectateurs abasourdis par la performance.

Texte de Dorotée Aznar

 

Aller plus loin

4.48 Psychose
De Sarah Kane, ms Valérie Marinese, cie l’Apodictique ensemble.
Chronique d’une dépression psychotique
Théâtre Les Ateliers
Jusqu’au 24 mars

Partager cet article

L'AUTEUR
Le Petit Bulletin
Le Petit Bulletin
L’hebdo gratuit des spectacles à Lyon
En BREF

Jean-Paul Bret parle publiquement de son cancer : les hommes politiques et la maladie

par Rue89Lyon. 830 visites. 1 commentaire.

Pour sa rentrée, David Kimelfeld règle son pas sur le pas de Gérard Collomb

par Laurent Burlet. 757 visites. 1 commentaire.

Géolocalisation par Snapchat : « Si on me tue un jour, on pourra me retrouver »

par Rue89. 624 visites. Aucun commentaire pour l'instant.