Aller encore à l’école
De simples photographies de mon métier, des images, des récits, des réflexions autour d’une réalité, souvent méconnue, transformée ou fantasmée. Sans esprit de sérieux et sans jamais avoir raison
Aller encore à l’école  Blogs 

Toujours en vacances

actualisé le 14/09/2013 à 16h03

« Ho ! Ça va ! Vous, vous êtes toujours en vacances, bande de feignasses… ». Cette phrase revient sans cesse. C’est peut-être l’avis le plus partagé sur le métier. Et que faut-il répondre ? Parfois, on a presque envie de s’excuser. Souvent on se justifie sur la fatigue, le salaire, le besoin des enfants, le besoin de préparer des cours… Des fois on tente le coté agressif : « Si tu es jaloux, tu n’as qu’à passer le concours ! ».  « Ah ? Hein ! Tu veux pas ? Hein ? Tu vois ! Mon métier il est dur, je mérite des vacances !»…. D’autres fois, on concède, c’est vrai, on en a trop, mais on est bien content quand même.
Je ne sais pas pourquoi, c’est comme si les gens voulaient se venger de toutes les brimades de leurs anciens profs. Devenus profs, nous voilà jugés à notre tour. Comme quand on était à l’école, il faut se justifier : tu as bien fait ton travail ? Tu as bien préparé tes cours ? Tu pars à 16h 30 ? Mais tu n’as pas du travail pour le lendemain ? En pendant les vacances, tu révises tes leçons ?
Lorsque je travaillais en dehors de l’école, c’était normal de venir et de partir aux horaires de travail, de se plaindre du trop de travail, et de rêver de rtt supplémentaires…
Mais enfin les vacances c’est super !  Et toutes les six semaines, j’aime ce métier qui me permet de vivre. Non pas grâce  à l’argent, mais grâce à mes vacances. C’est le temps de la lecture, d’aller au ciné, de voir des amis, de faire la cuisine, de faire du sport, d’oublier un peu le travail qu’importe, de devenir libre… Un des plus beaux sentiments, dans ce métier, arrive vers le début du mois d’Août, quand cela fait des semaines que l’école est terminée, que le temps se fait long, que le plaisir de la paresse domine. C’est le temps de l’oubli. Oublier que nous avons un travail, croire que la vie c’est ça, juste du plaisir, du temps et du partage. Oui, c’est vrai,  nous devenons, pour un peu de temps, les aristocrates du temps libre.
Alors, vous pouvez toujours faire la révolution, moi je pars en vacance….
Partager cet article
Tags

Voir tous les articles de ce blog