Cultures 

Musiques actuelles : salles « ambiance »

Larsen / Chaque année, les salles de musiques actuelles du Grand Lyon connaissent leurs lots de péripéties et menaces de fermeture. Pour cet automne 2011, ce sont le Grrnd Zero de Gerland, la péniche Le Sonic et le Clacson d’Oullins qui risquent de boire le bouillon.

 

Le Clacson Concert au Clacson d’Oullins

 

Le Clacson se voit aujourd’hui contraint de cesser son activité de résidence et devrait, sous peu, être soumis à des normes drastiques en matière de limitation de décibels. La section concert de la MJC d’Oullins, 30 ans d’âge, partage en effet le bâtiment municipal du 10 rue Orsel avec d’autres services de la ville (Bureau Info Jeunesse, le central des caméras de surveillance…), gênés en journée par le bruit des artistes en répétition. Et ce n’est pas la première fois que des soucis de cohabitation nuisent au Clacson, comme le souligne Marion Bornaz, programmatrice du lieu.

« En plus du bruit, on avait déjà eu l’odeur. Le catering (cantine, Ndlr) des concerts sentait trop mauvais pour les salariés du bâtiment, donc la mairie ne voulaient plus que l’on fasse à manger pour les artistes. On doit donc passer par un prestataire. Les subventions ne bougent pas depuis 10 ans, mais les coûts, eux, ne cessent d’augmenter ».

La mairie d’Oullins, pourtant principale manne financière de la MJC à hauteur de 150 000 euros par an devant la DRAC (direction des affaires culturelles, représentant l’Etat), la Région et le département, aurait voulu, de son côté, faire appliquer la législation du travail en journée, comme en soirée. Elle limiterait ainsi le volume sonore à 97 décibels au lieu des 105 prévues pour les salles de spectacles, promettant au gardien du lieu, possédant un appartement de fonction dans le bâtiment, des nuits plus sereines. Mais voilà, cette limitation ne permettrait plus au Clacson, grand-messe du rock dans le Grand Lyon, de programmer des musiques amplifiées.

Du côté de la mairie, Clotilde Pouzergue, adjointe chargée de la culture, après l’envoi d’un premier courrier officialisant la fin des résidences et les nouvelles limites sonores, revient aujourd’hui sur sa décision et souhaite prendre le temps de la réflexion. Elle affirme ne pas vouloir cesser l’activité de concerts, mais précise que la ville doit, en journée, « protéger » le personnel administratif des nuisances causées par les répétitions. Le volume sonore des concerts sera donc soumis à discussion avec les membres de la MJC, tandis que les résidences doivent bel et bien cesser. Une situation difficile à accepter pour Marion Bornaz, qui risque de voir disparaître une partie des subventions accordées par les autres institutions, l’accompagnement d’artistes faisant partie de son cahier des charges.

L’adjointe veut tout de même se projeter et imaginer une solution à moyen terme.

« Nous sommes en train de restructurer les locaux pour autonomiser la MJC. C’est une réhabilitation lourde qui devrait s’élever à plus d’un million d’euros. Un architecte devrait très prochainement être nommé et les travaux débuter dès 2012 ».

Marion Bornaz, qui demande depuis des lustres ces « travaux et une vraie étude acoustique », s’interroge sur la finalité de ces aménagements.

« Des solutions techniques peuvent être des alternatives, mais pas véritablement la solution. C’est un vrai souci de vouloir faire rentrer à tous les étages des gens qui n’ont pas des activités compatibles ».

La situation ne semble donc pas encore tout à fait apaisée entre la ville d’Oullins et la salle de spectacle, mais Clotilde Pouzergue promet que « rien n’est figé et qu’aucune décision ne sera prise sans concertation avec la MJC.

 

Grrrnd Zero sans domicile fixe ?

C’est le collectif Grrrnd Zero qui a, le premier, accusé le coup lors de cette rentrée culturelle. Le Grand Lyon, qui possède le bâtiment abritant la structure à Gerland , voulait en reprendre possession dès octobre. Quelques mois plus tôt, le Rail Théâtre, le principal lieu de diffusion des concerts de Grrrnd Zero, fermait déjà ses portes, devenu trop bruyant pour le voisinage de Vaise. Heureuse intervention de la mairie, les services culturels ont réussi à obtenir un délai auprès du Grand Lyon pour que Grrrnd Zero continue à bénéficier de ses locaux administratifs et de répétitions, à Gerland, jusqu’en 2013. La Ville tenterait également de trouver une solution à plus long terme pour reloger le collectif qui ne possède toujours pas, à l’heure actuelle, de lieu pérenne pour programmer ses concerts.

 

Le Sonic remis à flot ?

Du côté de l’équipe du Sonic, fin octobre, on sentait souffler comme un vent de panique suite au passage dans leur soute d’une commission de sécurité. Comme nous l’expliquent les services culturels de la Ville de Lyon, la salle était répertoriée selon son ancienne classification (restaurants et débits de boisson) qui n’était plus conforme à l’activité de concerts du lieu, entraînant la nécessité d’une mise aux normes de la péniche. Mais les organisateurs ne se veulent pas alarmistes et semblent avoir trouvé, eux aussi, un peu de réconfort auprès de la mairie. Cette dernière a versé 18 000 euros à la salle en 2011 (13 000 euros en fonctionnement et 5000 en équipement) et semble en effet bien disposée à aider le Sonic à se mettre en conformité. La situation devrait se décanter début décembre, la Ville attendant des devis de la part de l’équipe du navire.

 

Partager cet article

L'AUTEUR
Mickael de Drai
Mickael de Drai
Journaliste et vidéaste pénible pour Rue89Lyon et La brèche
En BREF

Une marche à Lyon pour la journée de lutte contre le sida

par Rue89Lyon. Aucun commentaire pour l'instant.

Au Forum de l’entrepreunariat, bien-être et zénitude du porteur de projet

par Rue89Lyon. Aucun commentaire pour l'instant.

Cour d’appel de Lyon : l’affaire du Center Parcs de Roybon renvoyée en décembre

par Rue89Lyon. 523 visites. 1 commentaire.