Actualité 

Vénissieux fait expulser les Roms de son centre social

Ce samedi matin, vers 8 h, la police a expulsé une quarantaine de Roms du centre social à Vénissieux. Depuis jeudi, soutenus par des associations, ils occupaient ce lieu pour demander un hébergement provisoire.
La maire (PCF), Michèle Picard, le leur avait refusé mais les avait autorisés à rester dans le centre jusqu’à lundi matin. Elle a finalement changé d’avis. Sur demande de la mairie, une trentaine de policiers accompagnés de deux interprètes sont intervenus pour évacuer le centre social. Une dizaine d’OQTF (obligation de quitter le territoire) ont été distribuées et des interrogatoires portant sur leur présence sur le territoire ont eu lieu. Une vingtaine de militants associatifs étaient présents. Selon l’un d’entre eux, la police est intervenue dans le calme et a transmis un message de la préfecture : les familles avec enfants pourraient obtenir une solution d’hébergement en se présentant au Pôle Famille du Mail, à Perrache. Une vingtaine de personnes sont concernées. A 9h30, la police est repartie. Accompagnés par les militants associatifs, les Roms sont partis à Perrache pour trouver un hébergement. A 16h30, la maire de Vénissieux envoyait un communiqué :

« Je me félicite que nous soyons sortis par le haut de cette situation, en traitant dignement ces personnes ».

Et elle concluait une nouvelle fois :

« Nous devons tous prendre nos responsabilités, pour apporter des solutions humaines, dignes et pérennes : présidents du Conseil régional, général, Communauté urbaine, et tous les maires de l’agglomération, sous l’égide de l’État. La réponse du coup par coup, le renvoi de la patate chaude ne règle rien sur le fond ».

> Actualisé à 17h25 avec le communiqué de la maire de Vénissieux

Partager cet article

L'AUTEUR
Rue89Lyon
Rue89Lyon
Premier pure player d'informations lyonnais. 100% gratuit, indépendant et participatif.
En BREF

Jean-Paul Bret parle publiquement de son cancer : les hommes politiques et la maladie

par Rue89Lyon. 847 visites. 1 commentaire.

Pour sa rentrée, David Kimelfeld règle son pas sur le pas de Gérard Collomb

par Laurent Burlet. 761 visites. 1 commentaire.

Géolocalisation par Snapchat : « Si on me tue un jour, on pourra me retrouver »

par Rue89. 625 visites. Aucun commentaire pour l'instant.